Le prince charmant…

Dessin mine graphite 2H, HB, 3B, 6B.

art-borescences_140305_ dessin_grenouille_saatchi_gallery

Titre: Crapaud

Dimensions Technique(s) Disponible Photo HD Prix Contact
32,5 x 25 cm Mine graphite Oui 5 € D5 (non encadré) mail

Une face lunaire et ténébreuse, crépusculaire et laide. Le crapaud a toujours symbolisé la luxure, l’avarice, le mensonge. Symbole de mort et de damnation le crapaud a toujours fait peur et à juste raison.
Il n’y pas si longtemps, le crapaud, serviteurs du Diable était sensé dévoré les seins et le sexe des filles folles de leurs corps lorsqu’elles arrivaient aux enfers…

art-borescences_140305_crapeau_dessin_prince_charmant_beau_mec

Il est également à signaler que le crapaud est recouvert d’un poison particulièrement fort. Les sorciers ou ceux qui était appelé sorcier faisait sécher un crapaud puis l’accrochait à la porte de l’étable d’un voisin après l’avoir recouvert de sel. Les bovidés léchaient alors le batracien et s’empoisonnait. Le sorcier enlevait alors le crapaud et allait jeter une malédiction sur leurs voisins qui voyait alors tomber leur troupeau malade. Il est indéniable que le voisin malheureux venait supplier le sorcier de guérir ses bêtes. Face à cela, les habitants ne pouvaient que respecter cet homme étrange qui pouvait empoisonner les bêtes mais aussi l’eau des puits. Certains diraient, « c’est pas sorcier » mais cela garantissait la tranquillité à ceux et celles qui connaissaient le secret !

Pourquoi une mouche?

Les Mouches : (grec meya, musca en la tin) Les différentes sortes de mouches sont percues, du point de vue symbolique, comme des êtres négatifs que l’on devait cependant apaiser par des rites bien précis.

Le Baal-Zebub ou Baal-Zebul évoqué dans le Deuxième Livre des Rois (1,2), « le dieu Ekro, », est une divinité syrienne dont le nom signifiait « prince » (zebul), déformé en zebub  » la mouche ». Une légende ulterieure déclare qu’il commandait des escadrons de mouches, l’apparentant de la sorte à Zeus Apomyios ou encore Myriodes et Myiagyros en Grèce.

On rencontre aussi l’idée de force démoniaque que l’on ne peut exterminer et qui s’incarne dans les mouches. Les camées antiques représentant des mouches étaient censés proteger des « mauvais regards »; Son nom désignait de façon symbolique un parasite ; on trouve chez Luciien de Samosate (120-180) l’expression « faire d’une mouche un éléphant ». Dans la Perse Ancienne, Ahriman, le principe de l’obscurité, prend la forme d’une mouche pour s’infiltrer parmi les hommes. Les nuages de mouches annoncent chez Isaïe l’arrivée d’un malheur  » Il adviendra en ce jour-là que le Seigneur sifflera les mouches qui sont à l’extremité des canaux d’Egypte » (Isaïe 7,18 ). Les mouches sont surtout les symboles d’une figure diabolique et de groupes de démons tels que ceux qui torturèrent l’ermite saint Matarios dans le désert.

art-borescences_140305_ dessin mouche_beaux_arts_magazine

Titre: La mouche

Dimensions Technique(s) Disponible Photo HD Prix Contact
32,5 x 50 cm Mine graphite et aquarelle Oui 5 € D6 (non encadré) mail

Belzébuth, de l’hébreu Baal Sebud, est le démon des nuées et, par conséquence, le maître des mouches.

La figure de Belzébuth a été reprise dans la Bible. Selon le Deuxième livre des Rois I.2, Baal-Zeboud était le dieu d’Eqrön.
C’est par le texte de Marc III.22 que Béelzéboul prit un visage de chef des démons, et fut assimilé au Diable, et parfois à tort à l’un de ses « lieutenants ».

Qu’on le nomme Belzébuth, Satan, Tengu, Démon ou Lucifer, le diable symbolise les forces qui affaiblissent la conscience. C’est l’éternel combat entre le monde des ténèbres et le monde de la Lumière. L’homme doit en permanence lutter contre ses instincts.

art-borescences_140305_ dessin_mouche_a_poils
La mouche plus qu’au mal est surtout associé à la mort et à la décomposition des corps (Elles favorisent utilement la décomposition des cadavres dans la nature.). Les mouches sont des êtres qui se multiplient sur la pourriture. Elles transmettent de nombreuses maladies et semblent invincibles. Sans cesse bourdonnantes, elles ne cessent de poursuivre tous les êtres vivants. L’obstination infatigable des mouches qui, à peine chassées, reviennent harceler et tourmenter les humains a fait de ces insectes une image éloquente pour évoquer le Diable.

En onirisme, la mouche est le symbole d’une action inféconde. «La puissance des mouches : elles gagnent des batailles, empêchent notre âme d’agir, mangent notre corps» écrivait Pascal.

Dans la mythologie des Indiens Navajos (Amérique centrale), la mouche est une messagère des dieux. Elle symbolise aussi une obsédante et incessante poursuite… Le tatouage de mouche constamment en mouvement, harcelant hommes et bêtes, elle représente la vivacité et son ardeur, la capacité a multiplier à l’infini les desseins.
Comme elle, les personnes associées à ce signe sont doués de passion, de vivacité, de créativité; ils aiment le mouvement, les sentiments débordants, parfois excessifs dans leur expression, ils peuvent être sujets à l’agitation et à l’exagération ; ils sont entiers dans leur engagements, francs dans leurs relations, souvent exigeants envers eux- mêmes et envers les autres, ils sont débordants de vie et d’énergie. Mais la mouche tatouée peut parfois avoir des propos mordants, la critique facile, car elle est soucieuse de vérité et de justice, n’acceptant pas l’hypocrisie, les compromissions ni les demi mesures ; la diplomatie n’est pas son fort.
Si elle est convaincue du bien fondé d’une entreprise, elle se donnera corps et âme pour l’entreprendre.

Pour finir, le mot «mouche» abonde dans de charmantes expressions : prendre la mouche, faire mouche, faire la mouche du coche, etc.
Mais quelque littéraire que soit la mouche, aussi polysémique soit-elle, que l’on voie en elle des trésors d’imagination, l’insecte ne peut faire oublier l’importunité de son obstinée présence.

Orgueilleux spéciste… et petit « gratouilleur ».

 

art-borescences_140220_ antiracisme

Titre: Orgueilleux spéciste

Dimensions Technique(s) Disponible Photo HD Prix Contact
32,5 x 50 cm Mine graphite Non 5 € mail

Dessin préparatoire pour un tableau.

Selon Ingres pour qui « le dessin est la probité de l’art« , une « chose bien dessinée est déjà peinte« . Ceci correspond à une conception linéaire du dessin, une approche par le contour de la forme dessinée.

Il me semble au contraire par la pratique et ce de plus en plus, que dessin et peinture n’ont rien a voir, mais restent complémentaires.

Un bon dessin se construit par couches successives, il émerge littéralement et progressivement de la feuille blanche. C’est le dessin qui guide l’œil et  la main progressivement et appelle les retouches successives. Il est aussi faux que dangereux de croire qu’il n’y a qu’un seul trait -et un bon!- et qu’après la construction de « la juste forme », ce ne serait que du coloriage des valeurs. C’est les repentirs, les reprise successives qui donne la dimension vivante du dessin au crayon. Voilà pourquoi le dessin ne peut pas être une mise au carreau ou une projection… La ligne posée demande déjà la suivante, plus appuyée, plus ferme. Le dessin se monte doucement.

A l’inverse, une bonne peinture n’est pas un bon dessin colorié (ou colorisé)!! La peinture se pose dès les sous couches comme un dessin. Elle est aussi émergence. Avec une dimension de plus: celle de la couleur.

La justesse de la forme a moins d’importance que la matérialité de l’outil que l’on utilise. C’est ce qui distingue les vrais peintres des « gratouilleurs ».

 

 

For Pony (orang outan): (pas de) pardon pour l’espèce humaine…

 

Projet pour un tableau…

art-borescences-1311 (7)moly-orang-outan

Titre: Pony

Dimensions Technique(s) Disponible Photo HD Prix Contact
32,5 x 50 cm Mine graphite Oui 5 € D4 mail
* A Bornéo, une fondation qui milite pour la protection des orangs-outans a organisé il y a de cela 5 ans la libération d’une femelle âgée de 12 ans et qui était détenue dans un bordel en tant que prostituée. Si les faits datent maintenant, il ne s’agirait pas d’un cas isolé et la pratique serait même loin d’être rare. Alors que les orangs-outans font aujourd’hui l’objet de multiples programmes de protection, c’est une affaire particulièrement alarmante que relaient aujourd’hui de nombreux médias à travers le monde. Celle-ci remonte à 2007 mais les faits ont été révélés il y a peu : sur l’île de Bornéo, l’organisation Borneo Orangutan Survival Foundation a dû mener une longue opération de sauvetage pour libérer une femelle orang-outan qui subissait depuis plusieurs années des sévices sexuels dans un bordel de campagne.
Agé de 12 ans, l’animal baptisé Pony était complètement rasé, lavé et parfumé, et avait même du rouge à lèvres. Elle était ainsi tenue enchaînée à un lit pour que les clients de l’établissement abusent d’elle. « Maquillée, parée de bijoux et autres artifices censés la rendre plus humaine, la pauvre femelle orang-outan ainsi séquestrée et prostituée a enchaîné les passes quotidiennes pendant des années. Elle se faisait dévorer par les moustiques, et les piqûres s’infectaient », a expliqué la directrice de la fondation.
Il a néanmoins fallu plus d’un an de lutte et une escorte armée pour libérer l’animal. « Quand nous avons essayé de les libérer il y a eu une émeute, nous avons été menacé avec des couteaux et des machettes. Nous avons dû recourir à la police de l’État, qui a envoyé environ 30 agents », a témoigné un vétérinaire espagnol qui a participé au sauvetage. « Nous l’avons emmenée à notre centre de réadaptation Menteng Nyaru, où nous nous concentrons sur les orangs-outans qui ont besoin de soins pour récupérer des gens qui les utilisent ou abusent d’eux », a t-il précisé.
Néanmoins, l’histoire de Pony est loin d’être un cas isolé. La prostitution des orangs-outans serait même loin d’être une pratique rare dans certains pays  « Nous savons que dans ce pays il est fréquent que des bordels se servent d’orang-outan comme divertissement sexuel pour leurs clients, que des animaux soient exhibés dans des cirques ou des spectacles de boite », a ajouté le vétérinaire espagnol.

Autoportrait simiesque (earthlings)

Titre: Autoportrait simiesque

Dimensions Technique(s) Disponible Photo HD Prix Contact
32,5 x 25 cm Mine graphite Non 5 € mail

Réalisé en regardant simultanément mon visage dans un miroir et celui d’un chimpanzé (Rachel)… je cherche l’équilibre entre ces deux images. De la subtile nuance entre l’identification (je sais qui tu es et comment tu te nommes) et la reconnaissance (je sais que je te connais, mais je ne sais pas d’où).

(détail des yeux)

Me dessinant ainsi, je me (re)connais vaguement: mammifère bipède et vertical, doté d’entendement, d’un pouce préhenseur et d’un libre arbitre. Objecteur de conscience et de croissance.